Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 22:03

De la fluorescéine dans l'étang de Tréguel en bordure de Fry

(voir ci-dessous)

IMG 0002

10 avril 2007 (oui, 2007 !)

GDE signe avec le propriétaire de Fry (agriculteur, Conseiller Municipal de Guémené-Penfao et proche du Maire) un compromis de vente dans une agence immobilière à CHANOZ CHATENAY près de Bourg en Bresse (01)… !

… soit à plus de 700 km de Guémené-Penfao !

 

24 avril 2008 : Le notaire de l'acheteur notifie par courrier le projet de vente de FRY à la SAFER (Société d'Aménagement Foncier et d'Etablissement Rural),

… nous avons confirmation que le notaire aurait du informer en même temps la Commission Départementale de Remembrement !

 

5 mai 2008 : la SAFER adresse au notaire un courrier demandant des précisions relatives  l'exemption de son droit de préemption,

La SAFER a oublié (?) d'informer les syndicats Agricoles !

 

22 mai 2008 : le notaire adresse à la SAFER les éléments réclamés (article L143-4 du Code rural)

L'article L143-4 du code Rural permet "à tout industriel d'acheter n'importe quelle terre agricole pour n'importe quel projet industriel"

 

6 juin 2008 : Un véhicule 4x4 de la société CGG Veritas est garé sur la route de La Foie. Trois personnes implantent des jalons orange sur les terres de Fry.

Lundi 9 juin, un voisin voit les personnes de CGG passer dans son champ de blé et les interpelle :

"Pourquoi passez vous dans mon champ ?"

"Le vendeur nous a interdit de passer par chez lui."

"Parce que c'est vendu ? A qui ?"

"A un industriel. On fait des études, c'est pour de l'enfouissement."

 

12 juin 2008 : la SAFER informe le notaire qu'elle n'exercerait pas son droit de préemption.

La SAFER a omis de demander à avoir connaissance du "projet industriel".

Même si en fin de compte elle n'aurait pas pu préempter, la SAFER aurait au minimum pu demander au notaire de lui communiquer les détails du "projet industriel".

 

27 juin 2008 : signature de la vente, sans conditions restrictives.

 

 25 juillet 2008 : Des traces importantes de coloration  son t relevées en fin de journée sur l'étang de Tréguel. Il s'agit de fluorescéine, facilement reconnaissable et nettement visible à gauche de la photo.

IMG 0001

 

Ceci indique que des essais sont en cours en amont de l'étang. Et en amont de l'étang, il n'y a que FRY, distant de moins d'un kilomètre. 

C'est vers 18h, que le propriétaire de l'étang a constaté à la surface  de l'eau la présence d'une coloration verte qu'il est aisé de reconnaître : ce jaune "fluo" est de la fluorescéine, un produit (non toxique) couramment utilisé dans l'industrie pour déceler des fuites d'eau ou en hydrologie pour repérer les écoulements d'eau, mesurer les débits, …

En cette fin juillet 2008, le projet de Centre d'Enfouissement, qui a été porté à la connaissance du public par un article de Ouest-France en date du 19 juin, commence à inquiéter la population, mais le public ne sait pas encore que la vente a déjà eu lieu. Et un vendredi à 18 heures, il est impossible de trouver un huissier !

Dans ces circonstances, le propriétaire a adressé dès le 31 juillet des courriers circonstanciés au Préfet et au Maire de Guémené-Penfao.

 

Octobre 2010 : un voisin rapporte que des personnes ont été vues sur les terres de Fry avec des instruments (qui pourraient être des sortes de tarières ?).   

 

D'autres essais sont-ils passés inaperçus ?

 

A ce jour les études relatives à l'étude d'impact que nécessite un dossier de demande d'Autorisation d'Exploiter ne semblent pas avoir été engagées.

 

ARDIMEA exige de la part de GDE et des autorités administratives une transparence totale.

 

ARDIMEA demande aussi à la population d'être vigilante et de signaler toute activité inhabituelle sur les terres de Fry.


Ces terres doivent retourner à l'agriculture.

Partager cet article

Repost 0
Published by ARDIMEA
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche