Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 09:33

 

 

L'Assemblée Générale d'ARDIMEA s'est tenue le vendredi 2 mars 2012 à la salle du Nord de Guémené-Penfao et a rassemblé plus de 80 personnes.

Après avoir accueilli les participants et remercié les élus (présents ou excusés) et leurs représentants présents dans la salle, la Présidente Brigitte HEURTEL a présenté le rapport d'activité de l'année :

  • Nouvelles rencontres avec de nombreux maires de la région,
  • Rencontre avec les Conseils Généraux 35 et 44, le Groupement d'Intérêt Public du Pays de Redon,
  • Autres démarches

 

Elle a ensuite fait part des nouvelles du projet de Fry :

  • Nous avons appris début janvier que la SAFER avait reçu un courrier du notaire de GDE demandant si la SAFER serait disposée à racheter les terres que GDE a acquises à Fry. La réponse de la SAFER a été : "oui, mais pas au prix de la vente de 2008. Au prix du marché" (pour mémoire vente de 2008 à 10699 €/ha)
  • Fin février, nous avons appris que la SAFER venait d'être notifiée par le notaire de GDE de la signature d'un compromis de vente avec l'ancien vendeur (rachat à 2237 €/ha).
  • La SAFER en a informé les syndicats agricoles.

 

Le compromis de vente signé signifie la fin du projet de GDE.

 

Brigitte HEURTEL passe la parole à Joseph CORNEC, ancien président de l'association NPCB de Plouray, et membre d'ARDIMEA.

Jean CORNEC confirme, à la surprise générale, que la mise en vente des 165 ha acquis par GDE à Plouray en 2008, et qui avait été annoncée par la presse en mars 2011 n'a jamais été confirmée !

La SBAFER a fait une offre de rachat, mais elle n'a jamais reçu de réponse.

Le fils de l'un des vendeurs serait disposé à racheter une partie des terres.

Un GFA (Groupement Foncier Agricole) serait aussi disposer à racheter tout ou partie des terres.

 

Toutefois, en ce qui concerne FRY, ARDIMEA :

·         Rappelle

o       que l'acheteur est retraité,

o       et qu'il y a des agriculteurs en recherche de terres,

·         Craint que dans d'autres circonstances, une autre vente n'intervienne avant la mise en place de la ZAP (prévue dans le nouveau PLU en cours d'élaboration)

·         Souhaite que la SAFER exerce sont droit de préemption au profit d'agriculteurs en recherche de terres,

·         Affirme que nous ne pouvons considérer que le projet de GDE ne sera enterré que lorsque la revente aura été signée.

 

Le Trésorier présente le bilan financier positif de l'année :

Recettes 3160 € - Dépenses 1282 € = 1878 €

 

Election du Tiers Sortant

La Présidente évoque le décès accidentel de Philippe DEBRAY, membre du Conseil d'Administration. Elle rappelle son implication dans l'association en particulier, mais aussi d'une façon plus générale pour le monde agricole.

Les membres sortants: Anthony CHAUVIN, Patrick JOUAUD, Dominique DAVID, Pascal ALLIOT et Rolland DESVAUX se représentent. Un nouveau candidat s'est présenté : Mickaël RIBOT.

Ces six personnes sont élues à l'unanimité.

 

 

Brigitte HEURTEL passe ensuite la parole à nos invités, Jean Marc GUESDON et Jean-Pierre REIGNER, de Grez-en-Bouère (Mayenne).

En 1987 un projet d'installation sur cette commune d'une usine de traitement de dépollution de transformateurs au pyralène (PCB) avait vu le jour. L'opposition déterminée de la population avait amené les autorités à décider d'un référendum local. Malgré un NON à 52 % les élus locaux avaient permis de donner suite à ce projet ("une majorité des abstentionnistes sont « pour » le projet ). L'usine APROCHIM a été construite en 1988.

Depuis 23 ans, l'usine traite des transformateurs, très probablement sans suffisamment de précautions. La population a depuis longtemps exprimé ses craintes, et, depuis 2003, d'anciens collaborateurs ont dénoncé la falsification de contrôles faits par l'usine elle-même.

Fin 2010, des niveaux anormaux de PCB ont été détectés dans le lait, ce qui a conduit à des mises sous séquestre de troupeaux de bovins et à l'abattage de certains cheptels. Une indemnisation a été proposée par l'usine à des éleveurs partant en retraite, mais ceux-ci n'ont pas pu revendre leur exploitation du fait de la pollution. D'autres agriculteurs se retrouvent sans revenus, du fait de la mise sous séquestre de leurs animaux.

25 prises de sang d'habitants locaux ont été ordonnées par les autorités, mais les résultats ne sont toujours pas connus.

La pollution des sols aux environs de l'usine fait qu'après élimination des animaux contaminés, de nouveaux animaux vivant sur le même sol seraient eux aussi pollués.

Dans l'indifférence des élus locaux en particulier, mais aussi d'une façon générale de l'administration française, la douzaine d'agriculteurs concernés et la quarantaine de membres de l'association se trouvent complètement délaissés. Pire, l'association se trouve même condamnée à une amende de 1500 € pour avoir publié des documents compromettants pour l'usine APROCHIM.

 

Brigitte HEURTEL conclut la soirée:

 

  • C'est bien avant la réalisation d'un projet qui risque de porter atteinte à l'environnement qu'il faut se mobiliser.


  • La nouvelle du compromis de vente confirme la capitulation de GDE. C'est une grande victoire pour ARDIMEA grâce à la forte mobilisation des adhérents et au ralliement des élus à la juste cause que nous défendons pour le bien-être de la population, pour protéger sa santé, pour l'environnement et pour la sauvegarde des activités économiques du canton. 

 

Elle remercie les participants et les invite à partager le verre de l'amitié… avant la fête qu'elle avait promis qu'ARDIMEA organiserait une fois que nous aurons la certitude que les terres de Fry sont redevenues des terres agricoles.

 

 

ARDIMEA

Partager cet article

Repost 0
Published by ARDIMEA
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche